Archive de la catégorie ‘Lions juniors’

Les larmes de crocodile d’Alain Wabo

Vendredi 9 octobre 2009

Défaite des lions juniors : Les larmes de crocodile d’Alain Wabo

 

 

Alain Wabo, le sélectionneur de l’équipe nationale de football junior du Cameroun aura beau se défendre, il n’échappera pas aussi facilement à la chasse aux sorcières qui balaie de fond en comble la prestation médiocre de ses poulains qui a valu l’élimination au mondial junior qui se déroule actuellement en Egypte. Et pour cause sa défense est fébrile.

C’est vendredi dernier que l’équipe junior de football a décroché son ticket éliminatoire au mondial junior, en se faisant humilier par l’Allemagne sur le score de 3 buts à 0. C’était la deuxième humiliation après celle des Etats-Unis par un score étriqué de 4 buts contre 1. Une défaite de trop qui en renvoyant les « lionceaux » chez eux, a suscité de nombreuses curiosités autour de l’équipe junior. La toute première critique a été orientée vers le sélectionneur aux lunettes noires, Alain Wabo. Son coaching et sa vision (noire ?) du jeu ont été remis en question pour justifier la débâcle de l’équipe Camerounaise. Actuellement, il y a mêmes des soupçons sur le fait que des joueurs qui ont évolué dans les rangs des lionceaux, certains ont du verser un paquet de « ntama* » pour pouvoir faire partie de l’équipe.

C’est là où Capello a « enlevé ses lunettes noires » pour dire sa part de vérité. Il accuse plutôt les autorités de son pays de ne pas avoir mis à sa disposition les moyens nécessaires pour une bonne préparation. Dans les antennes radio où il s’est exprimé, celui à qui on jette désormais la pierre dit n’avoir eu comme stages de préparation que des matchs avec des équipes locales. Pour tous les stages à l’étranger qu’il a proposés pour ses poulains, le gouvernement a dit « ha’a** » !

L’on apprend même que l’accès au stade Ahmadou Ahidjo avait été interdit à Wabo et sa meute de lionceaux, pour dit-on préparer la pelouse pour les lions Indomptables version senior. D’autres raisons sont avancées. Mais le brouillard persiste sur les raisons qu’avance Wabo dans ce triste sort de l’équipe du Cameroun en terre égyptienne. Et pour causse, le coach savait très bien qu’il allait dans une plantation pour défricher avec une machette rouillée. Il aurait  pu refuser dans des conditions pareilles, mais il a accepté sachant que les camerounais ne le lui pardonneraient pas si facilement en cas d’une prestation bancale. Voila le résultat. Il est donc temps d’assumer au lieu de verser partout des révélations qu’il aurait pu livrer bien avant. Et s’il avait remporté la coupe il n’aurait certainement pas pleuré si fort.

 

* Ntama : argent

** ha’a : m’en fout